' Observatoire SO Karst


AMBITIONS DU SO KARST

Fédérer les forces d’observation et de recherche actuelles sur les aquifères karstiques pour comparer mutualiser et unifier les approches (outils, méthodes, concepts).

Développer des outils pour caractériser et modéliser l'évolution de la ressource en eau (qualitatif, quantitatif) en réponse à des forçages de courte, moyenne et grande longueur d’onde, dans des contextes physiographiques, géologiques et climatiques différents.

Tendre vers une approche "synthétique" à l’échelle des grandes typologies karstiques, depuis la caractérisation de leur structure et de leur fonctionnement jusqu’à la modélisation hydrodynamique et hydrogéochimique des transferts.

Pérenniser une surveillance temporelle des différents laboratoires naturels, en y incorporant l’approche et l’expertise pluridisciplinaire apportée par les différents acteurs du SO

Le SO KARST vise à caractériser la pérennité de la ressource en eau  d’un point de vue qualitatif et quantitatif, en réponse à des forçages de courte et moyenne/longue longueur d’onde. Incidemment, on peut également noter que les roches carbonatées qui hébergent les systèmes karstiques sont des matériaux éminemment "fragiles" à l'érosion et l'altération, et que ces mécanismes sont eux-mêmes très conditionnés par les modifications attendues du climat, du régime hydrologique et pluviométrique. Ceci rend les karsts encore plus vulnérables sur des échelles de temps assez courtes, caractéristique en général moins prégnante dans les hydrosystèmes classiques plus profonds ou de dynamique hydrique plus lente.  L'aspect transfert de matière et participation aux grands cycles biogéochimiques devra également être une préoccupation forte de ce SO, et ce d'autant plus que la vulnérabilité des systèmes karstiques aux modifications des conditions aux limites en surface est forte.


Il s’agira par exemple d’identifier la variabilité intrinsèque de la ressource en eau de ces hydrosystèmes en tentant de différencier l’impact de la variabilité climatique de l’impact du changement global à l’échelle du bassin karstique. Pour cela, la non linéarité spécifique du karst quant à sa réponse hydrodynamique ou hydrochimique aux sollicitations extérieures, ainsi que le rôle des différents compartiments dans cette non linéarité,  devront être caractérisés ; l’existence de chroniques longues, spécifiques à l’un ou l’autre des compartiments du karst en fonction des observatoires, ainsi que l’expertise de chacune des équipes participant à ce SO, devraient permettre de répondre précisément à cette problématique.


A terme, il s’agira de proposer une approche systémique et générique du karst. Cette vocation générique peut en de nombreux points être comparée à ce qui est en en cours de construction à méso-échelle sur l'intégration 3D surface - souterrain de la dynamique des fluides et des flux de matière sur un bassin versant. Dans le cas spécifique des karsts, les écoulements en ZNS et ZS ne peuvent pas être appréhendés par une physique fine en raison de la méconnaissance de la géométrie des écoulements et de leur chenalisation. Il semble donc nécessaire qu'au moins pour les écoulements, cette partie ZNS - ZS du système soit appréhendée sous une forme homogénéisée, voire systémique.


Le SO KARST, service national d'observation de l'INSU